mardi 11 octobre 2016

1000m: lettre à Ségolène Royal

Le 8 septembre 2016 sur l'antenne de France Inter, Ségolène Royal a déclaré à une auditrice ayant appelé l'antenne que les éoliennes devraient être placées à 1000m minimum des habitations non isolées. Comme l'article L553-1 du code de l'environnement en vigueur définit toujours la distance minimum à 500m sans clauses de restriction, nous lui avons écrit pour lui demander des explications et lui demander d'intervenir pour que cette règle soit appliquée.

Association de Défense
de l'Environnement de la Vallée du Briou
8 rue de Grandolle
17490 Gourvillette


Madame Ségolène Royal
Ministre de l’Environnement  de l’Energie et de la Mer
Hôtel de Roquelaure
246, boulevard Saint-Germain
75007. Paris


Gourvillette, le 09/10/2016

Madame la Ministre,

Le 08/09/2016 vers 08:40 lors de l’émission de Patrick Cohen sur France Inter, une auditrice a appelé pour vous faire part de ses inquiétudes devant l’installation d’éoliennes près de l’habitation de son fils. Elle vous a demandé ce que vous pensiez de voir des éoliennes de 200m de haut à 500m des habitations, ce à quoi vous avez répondu :

« En principe c'est 1000. Mais ça dépend après de la nature de l'habitat. Effectivement si c'est un habitat isolé. Si on mettait 500m sur l'ensemble du territoire national y compris en prenant en considération les habitats isolés ou les exploitations agricoles on pourrait plus du tout construire d’éolienne ».

Cette déclaration nous a étonnés parce que notre village, Gourvillette, a un projet de construction d’éoliennes depuis 3 ans dont 2 seront à 700m des habitations du village et 2 à 1000m. Le village étant petit et dense, il n’y a pas d’habitations isolées. La distance de 700m a été choisie par l’ancienne préfète de Charente-Maritime. Il semble donc incroyable que si la distance minimum d’habitations non isolées doive être de 1000m, ce projet puisse progresser sans l’intervention des services de l’Etat pour rappeler au promoteur et au préfet quelles sont les règles à suivre.

Vous avez aussi évoqué attendre l’enquête publique pour faire entendre les objections de l’auditrice qui vous avaient l’air tout à fait recevables. Notre expérience des enquêtes publiques dans les villages environnants (Gibourne, Les Touches de Périgny, Bagnizeau) est qu’aucune objection n’est prise au sérieux. Les commissaires enquêteurs acceptent généralement sans discuter les déclarations vagues et infondées des promoteurs qui ont le dernier mot (il suffit de lire les commentaires des habitants des Touches de Périgny ou de Bagnizeau et les réponses apportées par le promoteur durant l’enquête publique, toutes acceptées par le commissaire enquêteur de Siecq, pour s’en convaincre).  De plus, quel serait l’intérêt d’une enquête publique si le projet ne suit pas les règles de base d’implantation des éoliennes ? Ne devrait-il pas être rejeté par la préfecture avant d’en arriver là ?

Nous vous demandons donc d’intervenir auprès des services de la préfecture de Charente-Maritime pour leur rappeler que les éoliennes ne doivent pas être placées a moins de 1000m des habitations non isolées et que donc 2 des 4 éoliennes du projet de Gourvillette ne peuvent en aucun cas être acceptées.


Dans l’espoir d’une réponse de votre part, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, en l’assurance de notre respectueuse considération.


ADEVB

Aucun commentaire:

Publier un commentaire